février 1, 2023

Aircraft Catering, nouvelle preuve de la magouille de Modeste Bahati à Congo Airways.

Ceux qui doutaient encore de la prémonition de certaines nominations ou surnoms déchantent, au regard de la convergence des actes posés par le président du sénat et un surnom qu’il traine depuis plusieurs années, à savoir Maradona. En effet, Modeste Bahati Lukwebo est connu comme grand dribbleur en matière de ses capacités peu catholiques en matière de fond public. L’affaire de détournement chez Congo Airways dans laquelle le patron de l’AFDC-A est cité conforte ceux qui ont pensé, à juste titre, lui coller ce célèbre surnom. Dans une affaire de détournement révélée d’ailleurs par votre médias en ligne (https://cplnews.net/2022/10/17/exclusif-detournement-et-arrestations-a-congo-airways-les-pv-daudition-mettent-en-cause-modeste-bahati-lukwebo/), Modeste Bahati est cité, à en croire les dépositions faites par le monsieur Pascal Kasongo, DG de cette entreprise aérienne, d’avoir exigé et obtenu plus de 600 mille dollars américains des sommes sorties en guise de payement des arriérés des subventions en carburant du gouvernement en faveur de Congo Airways. Difficile pour le concerné de nier les faits d’autant plus que  c’est madame Arlette Bahati, fille propre de Modeste Bahati Lukwebo, qui a attiré, en main propre du DG, cet argent.

Aircarft Catering, un autre dossier maradonesque.

Alors que ses partisans peinent à le défendre dans cette sale affaire, le voici de nouveau pris dans le filet d’une autre où corruption, trafic d’influence  et détournement font bon ménage. En effet, friand de combine et amateur de la politique de l’amassement, encore et toujours, Modeste bahati Lukwebo a créé, en cascade, une société nommée Aircarft Catering, chargée des repas pour les passagers d’avion. Rien d’innocent pour Diego- Modeste Maradona- Lukwebo. Devenu homme fort au côté de Félix Tshisekedi et président du sénat, Modeste Bahati Lukwebo impose, par des voies de menaces et trafic d’influence, sa société Aircraft Catering comme seul fournisseur des repas des passagers des vols Congo Airways sur certains trajets, notamment Kinshasa- Kisangani- Goma et vis- versa. Alors que la qualité de service d’Aircraft Catering est décriée, l’homme réussit, via ses réseaux d’influence, à chasser le belge Fondeng Catering, partenaire de longue date de Congo Airways qui offrait, pourtant, un service de loin plus qualitatif et moins cher que la société de Modeste Bahati Lukwebo. Aircraft Catering va trôner, avec son service de pacotille, sur les vols de Congo Airways, au bénéfice de Modeste Bahati Lukwebo, jusqu’à la suspension de service de catering après la décision irréfléchie du gouvernement de baisser les prix de vols intérieurs des compagnies d’aviation.  

70 mille $ retrouvés dans les poches de Modeste Bahati

Visiblement, le bon sens et la pitié ne sont pas à chercher dans le cœur du patron d’Aircraft Catering. Alors qu’il a réussi à ponctionner plus de 600 mille dollars américains de détournement et commission, Modeste Bahati Lukwebo s’est fait, en outre, payé plus de 70 mille dollars américains par Congo Airways, dans la même somme, sortie pour la subvention en carburant, pour, soit disant, une dette que Congo Airways doit à sa société Aircraft Catering. Entendu sur PV par les enquêteurs judiciaires, le DG Pascal Kasongo a indiqué que la pression de Modeste Bahati Lukwebo ne le lui laissait aucune alternative.

Les congolais, soucieux d’une justice indépendante, se demandent comment Modeste Bahati Lukwebo et sa fille Arlette Bahati, cités dans cette affaire ayant conduit le DG de Congo Airways en prison, ne sont toujours pas interpellés par la justice. La logique voudrait que des actes de procédure soient déjà enclenchés à leur encontre. Faute de le faire, cette justice décriée, instrumentalisée et théâtralisée portera un autre qualificatif, elle sera désormais maradonisée.

PERO LUWARA.