février 1, 2023

Détournement, sexe, argent : la guerre est désormais déclarée entre Modeste Bahati et Guy Loando.

C’est fini, le temps de faire semblant et des apparences entre le Président du sénat et le ministre de l’aménagement du territoire. Modeste Bahati Lukwebo a décidé de faire tomber le masque et de sortir l’artillerie contre Guy Loando Mboyo. Pomme de discorde, le contrôle des finances de la chambre haute du parlement.

Genèse de l’imbroglio

Ce conflit, aux allures d’une guerre ouverte, voit ses racines conflitogènes plantées dès le gong du processus électoral ayant amené l’actuel bureau au perchoir du sénat. A la veille des élections, Guy Loando, chasseur d’argent et homme peu enclin au scrupule, n’a qu’une idée en tête, mettre la main basse sur les finances du sénat. Il va porter la candidature d’une vieille connaissance, Carole Agito, avec laquelle il entretient des relations à la lisière de toutes les frontières. Le ministre de l’aménagement du territoire réussira, avec une machine puissante de corruption des sénateurs, à faire élire Carole Agito au poste de Questeur. Guy Loando dit avoir dépensé 1,5 millions de dollars pour sa machine de corruption en faveur de sa protégée ; une enveloppe qu’il réclame à ce jour à Carole Agito. Après élection, Guy Loando va perdre la mise à cause d’un mur en acier dénommé Modeste Bahati Lukwebo. Surnommé Maradona pour sa grande capacité à dribbler tout le monde en matière d’argent, Modeste Bahati Lukwebo va lui barrer la route en le coupant de Carole Agito qu’il prend très vite sous son contrôle. Pas question pour Maradona de laisser un autre coq chanter dans son poulailler.

Chasse à l’homme

Premier round gagné avec le « débauchage » de Carole Agito qu’il éloigne de son mentor, le président du sénat décide de porter l’estocade à Guy Loando. Ce week-end, Modeste Bahati Lukwebo a donné un ultimatum à Carole Agito de réaménager tout son cabinet en chassant tous les recommandés de Guy Loando. Pour la petite histoire, dans son deal maffieux avec le ministre de l’aménagement du territoire, la questeur du sénat lui a laissé le soin de composer tout son cabinet. Tous les postes importants du cabinet de la questeur sont occupés par les proches de Guy Loando. Jean- René Boongi Efonda Efolote, chef de cabinet de Carole Agito, recommandé par Guy Loando, est l’exemple parfait de cette situation car il est secrétaire général adjoint de Agir pour la République, AR, parti politique de Guy Loando. Il n’est pas le seul dans cette situation, Modeste Bahati Lukwebo a donné l’ordre à Carole Agito de se débarrasser de tout ce monde estampillé Guy Loando. Le grand Maradona, pris la main dans le sac de plusieurs scandales de détournement de fond au sénat, dénoncés ces derniers jours par la presse, accuse les proches de Guy Loando, travaillant à la questure d’être responsable de fuite de toutes ces informations. La guerre est donc lancée, il faut effacer du sénat la moindre trace de Guy Loando.

Dans le couloir de la chambre haute du parlement, beaucoup de sénateurs ne se disent pas surpris de cette guerre déclarée entre les deux hommes. Rivalité, sexe et argent n’ont jamais fait bon ménage estiment- ils. « Les deux sont réputés détenteurs des libidos aigues » me lance, sur un ton moqueur un sénateur avant d’asséner « Modeste Bahati et Guy Loando se sont baignés sexuellement dans la même rivière, suivez mon regard.» Moquerie ou vérité, difficile de classer cette affirmation mais le constat est bien là, entre Modeste Bahati Lukwebo et Guy Loando, le torchon brule et la chaleur de la brulure est à son paroxysme.

Rédaction CPL.