février 1, 2023

Corruption, détournement, amour, 1,5millions $ en jeu : Guy Loando et Carole Agito, fin brutale d’un couple idyllique.

Il y a un peu plus d’une année, leur entente sautait aux yeux et leur proximité crevait l’écran au point d’amener les soupçonneux à interpréter et chercher la petite bête noire. Guy Loando et Carole Agito, c’est une histoire compliquée où se frottent à la fois l’amour, les intérêts et surtout la quête effrénée de l’argent mais qui, malheureusement, accouché aujourd’hui d’un désamour qui se vêt de la haine et même de la volonté d’une élimination physique.   

Le paroxysme

Mars 2021, la campagne électorale du bureau du sénat bat son plein et la relation Guy Loando, actuellement ministre de l’aménagement du territoire, et Carole Agito atteint son paroxysme. Le premier, connu comme disposant des moyens financiers, porte la candidature de la seconde. Guy Loando, peu scrupuleux en matière des valeurs, va mettre en place une véritable machine de corruption des sénateurs pour l’élection de sa protégée. Des dizaines de milliers de dollars sont distribués, en titre de corruption, pour faire élire Carole Agito. Des séjours prolongés dans le somptueux hôtel du fleuve de Kinshasa sont offerts gratuitement, en guise de cerise sur le gâteau, par Guy Loando à ses corrompus collègues sénateurs.

La magie de la corruption va payer. Contre toute attente, Carole Agito, réputée incompétente avec des casseroles sales partout où elle est passée, Sonas notamment, sera élue questeur du sénat, devant des grands intellectuels compétents comme le sénateur Fikiri, actuellement Vice- Gouverneur de la Banque Centrale du Congo.

Diego Maradona entre sur la pelouse

Sa protégée installée, Guy Loando n’a qu’une idée en tête, mettre la main basse sur les finances de la chambre haute du parlement. Pour lui, rien à faire, c’est un « cop ». Ceux qui le connaissent ne sont pas surpris. Guy Loando est de la classe de ces jeunes que rien arrêter, prêt à tout pour de l’argent. La catégorie des personnes sans âme, ayant même pactisé avec le diable en personne pour des raisons pécuniaires.

Croyant maitriser la situation et contrôler, via sa marionnette Carole Agito, les finances du sénat, Guy Loando a oublié, pourtant, d’étudier une équation de taille, Modeste Bahati Lukwebo. Surnommé Maradona, le Président du sénat est célèbre pour sa roublardise et surtout sa capacité à dribbler tout le monde en matière d’argent. Très vite, il perçoit la menace Loando, prend Carole Agito sous son épaule et l’éloigne de son mentor. L’idylle Guy Loando et Carole Agito vrille, Diego- Modeste Maradona- Lukwebo  prend le contrôle de la machine et met en place une stratégie pour faire taire Guy Loando en lui restituant son argent engagé dans la campagne de sa questeur. A en croire les révélations de Carole Agito à certains de ses proches collègues du sénat, elle ne doit plus rien à Guy Loando. Elle indique avoir apuré l’ardoise de 1,5 millions de dollars que Guy Loando a engagés dans sa campagne. Une version totalement balayée du côté de Guy Loando qui n’a désormais qu’insulte dans sa bouche, à chaque fois qu’il évoque le nom de Carole Agito. Il accuse cette dernière d’ingratitude et de l’avoir roulé. « Cette pute d’Agito s’est foutue de ma gueule, elle le payera », promet Guy Loando à un sénateur.

Le ministre de l’aménagement du territoire a même, en colère, chassé de son entourage Christian Lomoto, mari de Carole Agito, qu’il connait pourtant depuis plusieurs années. Désormais, les deux se regardent en chien de faïence, la proximité qu’ils avaient a viré aujourd’hui en cauchemar. Ils sont deux grands ennemis et se promettent l’un et l’autre la mort. Baignant dans la bourgeoisie et profitant des millions de dollars, détournés au sénat, sous la coupole de Maradona, très expérimenté dans ce domaine, Carole Agito a tourné la page Guy Loando qu’elle a jeté, comme du papier toilette, dans la poubelle, en choisissant son nouvel allié dont la technicité en matière de jonglage avec le fond public n’est plus à démontre, à savoir Bahati Lukwebo alias Maradona. Cette affaire rocambolesque met en lumière le système maffieux qui s’est installé au sommet des institutions du pays. Le détournement et la quête de l’argent sont devenus des socles de gouvernance depuis que Félix Tshisekedi est au pouvoir. Visiblement, le feuilleton entre ces deux ennemis, Guy Loando et Carole Agito, n’a pas encore livré son dernier épisode. Malheureusement, la république et les congolais sont des grands perdants de ce cartel des maffieux qui ont pris le pouvoir en RDCongo.

PERO LUWARA